J’ai interrogé, avec l’accord de leurs parents, plusieurs de mes élèves de collège qui vivent en résidence alternée pour connaître, de l’intérieur, le sentiment de ceux qui la vivent.

Je vous livre leurs réponses.

Mes questions étaient à peu près semblables pour chacun des élèves, je les transcris ici  honnêtement ainsi que les réponses des enfants, y compris avec leurs maladresses de français 

Ce ne sont bien sûr que des témoignages parmi d’autres. Ils n’ont d’autre ambition que de vous encourager vous même à poser les questions aux enfants de votre entourage qui vivent cette situation si vous souhaitez vous construire une idée plus personnelle sur le sujet.

(les prénoms ont été changé)

********************************

  • Julie

Julie est une élève de 4ème, ses résultats sont juste moyens, elle veut travailler avec les enfants quand elle sera grande, elle est très souriante, plutôt réservée mais elle a accepté facilement de me parler de sa vie.

 

Depuis quand tes parents sont – ils séparés et depuis quand vis-tu en résidence alterné ?

Mes parents sont séparés depuis 4 ans, j’avais 10 ans, ils nous ont demandé dès le début à ma sœur (qui avait 3 ans) et à moi si nous voulions vivre en résidence alternée et on a dit oui. Nous passons une semaine chez Maman. (qui vit avec le père d’Alice (une élève de sa classe) et une semaine chez papa.

 Pourquoi as-tu accepté ? Si tu avais vu un des tes parents deux week-end par mois cela n’aurait-il pas été plus facile pour toi ?

Parce-que il faut que les parents passent le même temps avec leur enfant, sinon ce n’est pas juste . Deux week-end par mois ? Ah ! non , je me serais sentie mal.

Tes parents s’entendent-ils bien ?

Au début non, ils se disputaient. mais maintenant ils s’entendent bien .

Tu me dis que tu vis avec le papa d’Alice quand tu es chez ta Maman et qu’Alice qui est aussi en résidence alternée est là la même semaine que toi et ta soeur. N’est-ce pas embêtant pour toi ?

Non, c’est nous qui l’avons demandé et Alice a aussi une petite sœur. Et son père est très gentil.

N’est-ce pas tout de même difficile de t’organiser ?

Non parce-que quand je suis chez Papa, il me dépose chez maman le matin avant que je parte au collège, comme ça si j’ai oublié quelque chose je peux le prendre.

 

  • Alice

Alice est une élève de 4ème, très studieuse, très posée, son travail est très soigné, ses résultats sont moyens. Elle aimerait être coiffeuse. Elle est plutôt grave, réservée mais elle aussi a accepté facilement de me parler de sa vie de famille.

Depuis quand tes parents sont – ils séparés et depuis quand vis-tu en résidence alterné ?

Mes parents sont séparés depuis 5 ans, j’avais 9 ans et ma soeur 3 .Nous vivons en résidence alternée depuis le début.

Nos parents ne nous ont pas demandé notre avis.

Et s’ils l’avaient fait qu’aurais-tu dis ?

Non.

Pourquoi ?

Parce-que je voulais qu’ils restent ensemble

Si tu avais vu un des tes parents deux week-end par mois cela n’aurait-il pas été plus facile pour toi ?

Non, il faut voir « pareil » ses parents, il faut que ce soit équitable.

Tes parents s’entendent-ils bien ?

Au début pas du tout, ils sont devenus amis après des mois .

Pour toi, quels sont  les avantages et les inconvénients de la résidence alternée ?.

J’aime que Julie soit chez mon père en même temps que moi. Mais chez ma mère cela ne se passe pas bien

avec le compagnon de ma mère, il a des problèmes d’alcool,

Tu en as parlé ?

oui à mon père

Et ?…

Il en a parlé à ma mère

Donc ne souhaiterais-tu pas abandonner la résidence alternée et passer plus de temps chez ton père ?

Non, même si je n’aime pas le compagnon de ma mère, je veux continuer à la voir, elle.

Quand tu seras grande, si tu devais te séparer du père de tes enfants choisirais-tu la résidence alternée ?

Non

Pourquoi ?,

Je ferai beaucoup d’efforts pour que mon mari et moi on ne se sépare pas parce-que je l’ai mal vécu.

oui mais si malgré tes efforts cela n’allait plus ?

oui  alors je choisirais la RA

 

  • Mickaël

Mickaël est un élève de 4ème,  le type même de l’ado un peu rebelle, qui n’accepte qu’une autorité souple. C’est un bon élève, trop rapide, plutôt paresseux.  Il a une petite amie avec qui il entretient une relation suivie. Il ne sait pas ce qu’il veut faire plus tard .

Il ne vit pas en résidence alternée mais justement je voulais son sentiment sur le type de garde « classique » qu’il vit .

Depuis quand tes parents sont – ils séparés ?

J’avais 4 ou 5 ans, cela fait donc 10 ans. J’ai vécu avec ma mère de la séparation jusqu’à l’an passé. J’ai deux frère et sœur et un petit demi- frère .

Comment s’organisait ta vie entre tes deux parents ?

Je vivais avec ma mère et voyais mon père deux semaines à Noël, à Pâques, 1 mois pendant les grandes vacances.

Pourquoi  ne voyais-tu pas ton père plus souvent ?

Après la séparation il a déménagé, il est parti vivre à 600km .

Et que ressentais-tu de ne pas le voir fréquemment ?

J’étais triste, malheureux, il me manquait .

Tu pouvais lui téléphoner ?

oui, quand je voulais

Et comment cela se passait-il avec ton beau-père ?

Très bien. C’est avec ma mère que cela n’allait pas. Je voulais aller vivre avec mon père, ma mère n’était pas d’accord. Mais avec mon père on a vu qu’à partir de mes 13 ans je pouvais choisir avec qui je voulais vivre.

 Et maintenant ? Tu t’entends bien avec ton père ?

Maintenant ça va, et surtout on retourne à Marseille , là où habite ma mère, donc je pourrai la voir plus souvent .

Si on t’avait proposé la RA lors de la séparation de tes parents, penses-tu que tu aurais accepté ?

Si dès le début on m’avait proposé 8 jours/ 8 jours, j’aurais voulu.

 

 Alan

Alan est un élève de 5ème, espiègle, il fait ce qu’il a à faire mais sans trop forcer. Ses résultats sont d’ailleurs moyens/biens. Il ne sait pas ce qu’il fera quand il sera grand .

Depuis quand tes parents sont – ils séparés et comment as-tu vécu cette période?

J’avais 9 ans. C’était très dur, j’étais perdu et je n’ai pas vu mon père pendant six mois. J’en voulais à ma mère d’avoir un autre homme dans sa vie .

Et aujourd’hui tu vis en résidence alternée . Qu’en penses-tu ?

je pense que ce n’est pas bien.

 Ce n’est pas ce que j’avis compris. je croyais que cela te convenait ?

Je voudrais que mes parents soient ensemble

 D’accord. Mais puisqu’ils sont séparés, préférerais-tu voir un des tes parents un week-end sur deux ?

Ah ! non pas du tout.

 Alors la RA pour toi comment cela se passe-t-il ?

Très bien. Maintenant mes parents s’entendent mieux qu’avant. Je vis à 15 km avec ma mère et mon beau-père dans une grande maison avec ma petite sœur qui a 3 mois ; et avec mon père je vis ici, dans un studio.

Justement ce n’est pas embêtant pour toi de ne pas avoir ta chambre chez ton papa ?

non, ça se passe bien.

Et avec ton beau-père ?

Maintenant je m’entends très bien avec lui, il est très gentil.et j’aime beaucoup ma petite sœur.(cela je le savais parce-que Alan avait été très heureux d’annoncer sa naissance à toute la classe)

 

  • Pierre

Pierre est en 3ème, c’est un très bon élève qui possède une riche culture extrascolaire, il est posé, souriant , sympathique. Il aimerais travailler dans le cinéma, écrire des scénarios peut-être .

 

Depuis quand tes parents sont – ils séparés ?

J’avais 7/8 ans, ma sœur 18 mois. Ma mère a d’abord eu notre garde pendant 6 mois, nous voyions notre père un week-end sur deux .

Mon père a bataillé et la résidence alternée a été mise en place pour  moi. Ma sœur venait chez mon père mais du lundi soir au mercredi matin . Maintenant elle vient 8 jours comme moi.

Ce qu’il faut faire c’est terminer le temps chez un parent le lundi matin et non le dimanche soir. La journée à l’école sert de transition, c’est bien.

 Que penses-tu de la résidence alternée en tant « qu’utilisateur » si je puis me permettre ?

Je suis favorable à 100%. La séparation des parents, c’était trop douloureux surtout quand ensuite la garde n’est pas équitable.

D’ailleurs à cette époque j’avais fait un cauchemar: j’ai rêvé que je n’avais plus vu mon père pendant plusieurs années et quand je le revoyais il s’était remarié et avait des enfants qui avaient pris ma chambre, dans une maison que je ne connaissais pas d’ailleurs. Et on m’a dit que je dormirai à la cave. Et ce qui me révoltait dans mon rêve c’est que tout le monde trouvait parfaitement normal que j’y dorme, c’était affreux !

Peux-tu me dire, comme si tu devais les classer dans un tableau les points positifs et négatifs de la résidence alternée ?

Mon problème ce sont les oublis, l’organisation ;

Mais ce qui est vraiment gênant c’est que l’enfant est le vecteur du conflit entre les parents : à travers lui on critique l’autre parent : « tu es bien comme ton père…, tu es bien comme ta mère…. »

Mais ceci tu le vivrais aussi dans un rythme 26jours/ 4 jours, non?

oui, c’est sûr .

Ce que je trouve gênant c’est de devoir s’adapter aux habitudes différentes des parents, l’un qui mange bio, l’autre pas.. .mais c’est aussi ça qui est enrichissant.

Ce que j’aime c’est qu’on peut parler avec ses deux parents, surtout s’ils sont très différents. Et on a deux Noël, deux anniversaires…deux chambres, deux maisons, deux univers.

Et tu ne trouve pas cela perturbant ?

Non , pas du tout.

Mon beau père lui, ne voit ses filles qu’un week-end sur deux, c’est une souffrance inconcevable .

Et maintenant elles ont grandi , elles sont ados , elles ne veulent plus venir le voir, elles sont sympas mais elle disent qu’ici c’est la campagne, qu’on s’y ennuie.

 

******************************

Lors de ces petites conversations j’ai ressenti des adolescents très matures quand il s’est agi de parler de cette aspect de leur vie, ils l’évoquaient avec sérénité et recul. Il est vrai qu’ils vivent tous  la résidence alternée depuis plusieurs années.

Je m’attendais à beaucoup de critiques, particulièrement autour de l’organisation contraignante que suppose la résidence alternée. Ce qui semble compter avant tout pour eux c’est de voir leurs parents « pareil », de façon équitable, les enfants et les adolescents étant  très sensibles à la justice.

De plus cette équité les soulage de tout conflit de loyauté .

J’ai été surprise également de la facilité avec laquelle ils trouvent  leur bonheur dans ces familles recomposées.

Ces conversations n’ont fait que conforter mon intuition : même dans des situations qui nous paraissent, à nous adultes,  plutôt compliquées, les enfants privilégient leur relation avec leurs deux parents et le partage équilibré du temps à passer chez chacun d’eux est un élément essentiel pour eux.